Sélectionner une page

SENSUAL HAIR 

Sensual Hair

À l’instant même où vous franchirez la porte à la boiserie pourpre, vous découvrirez un salon « pas comme les autres ».

 

Béa, avec professionnalisme, vous recevra dans un lieu intimiste et incomparable.

 

Pour savourer ce moment le salon de coiffure vous sera réservé*

 

*pour un forfait coupe/massage érotique ou massage érotique.

 

 Elle vous guidera au fil de coupes, de massages personnalisés dans un monde où sensualité,érotisme et sincérité sont les maîtres mots.

 

Un voyage inoubliable dans des contrées où tout n’est que délices. Un petit paradis chaud et voluptueux…

 

Sensuelle, elle vous accueillera ! Sensuel, elle vous transformera !

 

Il restera toujours des mots à inventer, Béa l’a fait !

 

C’est… la Béa’titude…

 

Béa …

 

J’avais bien pour moi le privilège d’avoir percé à jour la dame, dès les premiers instants où je croisais son chemin.

 

Il me manquait, pour faire comprendre qui elle était et qui elle n’était pas parce que son joli sentier longeait une autoroute de médiocrité des choses puissantes à dire.

 

Pour se parfaire une idée.

Béa, coiffeuse à particularité, est née à Toulouse.

Diplôme en poche, elle découvre LA SENSUALITE, aussi vrai qu’en peinture Klein a trouvé son bleu, Soulages a trouvé son noir.

 

Cette sensualité, Béa a voulu la faire partager…

Son « bleu » et son « noir », elle le découvre dans une paire de bottes cuissardes qu’on lui offre : lorsqu’elle les chausse, c’est une révélation.

« C’est une seconde peau ». « Je ne les ai plus quittées » « J’étais moi », dit-elle.

Béa ne s’encombre pas de chichis, de flaflas. Elle est nature.Si,aujourd’hui,son salon de coiffure pas comme les autres fonctionne, c’est parce qu’elle a réussi le mariage d’un érotisme fin, délicat et d’une sensualité intense.

Humaniste, maîtresse de céans, elle se charge d’emmener l’hôte dans un voyage onirique.

Rêve éveillé, cotonneux, ouaté, dans lequel l’Eros et le Thanatos ne se battent pas.

« Il y a tellement de jolies choses, tellement… » ponctue-t-elle, avec une telle évidence qu’aucune mauvaise pensée ne vient.

Alors Béa donne. Elle sait à qui. Elle sait comment.